springbok


sprint

Le nom springbok vient de l’afrikaans et signifie « antilope à ressort ». Effectivement, il peut faire de très grands bonds lorsqu’il est poursuivi par un prédateur. Les springboks font en moyenne 80 cm au garrot pour 110 à 140 cm de long. Légers, leur poids n’excède pas 40 kg pour les femelles et 48 kg pour les mâles. Mâles et femelles portent des cornes mais celles des femelles sont fines et droites tandis que celles des mâles sont en forme de S. Sa robe est fauve, avec une bande noire sur les flancs et son abdomen est blanc. Les springboks sont peu répandus en Afrique, on les retrouve surtout dans le bassin de Kalahari (Ouest de l’Afrique du Sud, Namibie, Botswana et Angola). Il vit dans la savane et dans les plaines arides. Parfois, il peut vivre dans les déserts mais son type d’habitat classique est la steppe. Végétarien, il se nourrit à la fois de différentes graminées et de feuilles. Dans les zones très chaudes il peut aussi creuser le sol pour trouver des racines et des bulbes, ou même manger des plantes toxiques pour d’autres. Il est capable de se passer d’eau pendant de longs jours si sa nourriture contient un minimum de 3 à 10% d’humidité. Comme de nombreux herbivores, les springboks vivent en grand groupe. Généralement en période de reproduction, un mâle va régner sur la harde de femelles.Le principal prédateur du springbok est le guépard. Il est le seul qui peut rivaliser avec la vitesse des springboks. Cependant, le springbok va tenir sa vitesse de pointe sur une plus longue distance que le guépard ce qui lui permet souvent de le distancer. L’accouplement a lieu à la saison sèche, 5 mois et demi plus tard la femelle donne naissance à un petit voire 2. Lors de la mise bas en octobre ou novembre le temps est chaud et humide, les ressources sont abondantes. Le sevrage aura lieu entre 6 et 12 mois. Les femelles ont un petit tous les deux ans et sont matures vers l’âge de 18 mois. D’après l’IUCN, le springbok est l’antilope la plus abondante. Depuis plusieurs années, sa population est en constante augmentation et est estimée actuellement à plus de 2,5 millions d’individus. Toutefois, les springboks sont chassés pour la viande, la peau et les cornes. Normalement de couleur beige avec le ventre blanc et une bande brune traversant son flanc, un nouveau-né springbok a vu le jour entièrement noir. Ce cas de mélanisme peut arriver aussi bien en captivité que dans la nature. Il touche différentes espèces tels que les daims, les écureuils ou certains serpents. C’est d’ailleurs le cas des panthères noires ! Cette anomalie n’est pas un handicap pour ces espèces car elle ne les rend pas plus visible aux yeux des prédateurs contrairement au leucistisme qui rend l’animal blanc. Malgré sa différence, notre petit springbok est bien intégré au groupe ce qui n’est pas toujours le cas notamment quand l’individu est entièrement blanc car il menace le groupe en attirant l’œil des prédateurs.