baudet du Poitou


baudet

L’âne paraît avoir pour berceau d’origine l’Afrique du nord-ouest. De nombreux peuples du Proche-Orient l’ont connu et domestiqué depuis longtemps, et les différentes invasions l’ont amené très tôt en Europe où il s’est surtout développé dans les pays méridionaux. Le Baudet du Poitou semble avoir fait son apparition dès le Xè siècle en France, époque à laquelle plusieurs écrits font déjà état de la pratique de l’hybridation mulassière. La production de mules à partir de juments, dites « mulassières », et d’ânes a permis à cette dernière espèce de se développer. L’industrie mulassière fut surtout florissante au XIIIè puis au XVIIIè siècle, et le Baudet du Poitou fut largement exporté dans de nombreux pays (Amérique, Pays méditerranéens…) avant de voir ses débouchés intérieurs et extérieurs disparaître rapidement depuis 1950.

Le standard du Baudet du Poitou peut se décrire ainsi :

la robe est bai foncé, pouvant parfois aller jusqu’à la nuance “fougère”, avec le pourtour de la bouche, du nez et des yeux gris argenté bordés d’une auréole rougeâtre ; l’animal ne doit jamais être rubican (à robe semée de quelques poils blancs) ni porter de raie de mulet (bande noire longeant la ligne dorsale du garrot à la queue) ; le dessous du ventre et l’intérieur des cuisses sont très clairs ;

 -la taille moyenne est de 1,45 m au garrot ;

 -la tête est grosse et longue, les oreilles longues et bien ouvertes, garnies de poils longs ;

-l’encolure est forte, le garrot effacé, le dos droit et long, le rein bien attaché, les hanches peu saillantes, la croupe courte ;

-la cuisse est longue et musclée, l’épaule droite, le sternum saillant, les côtes rondes ;

-les membres sont puissants, aux articulations très larges ; les pieds, larges et ouverts, sont recouverts de poils.