âne de Somalie


anato

La robe de l’âne de somalie est de couleur grise, mais son ventre est blanc. Il possède une ligne dorsale noire et des pattes rayées. Ses oreilles mesurent jusqu’à 25 cm. Aujourd’hui son aire de répartition est réduite à quelques zones arides et volcaniques d’Erythrée et d’Ethiopie. L’âne de somalie a peut-être déjà disparu de Djibouti et par manque de données, son statut est inconnu en Somalie. L’âne de somalie est herbivore. Il mange surtout les herbes sèches qu’il trouve dans son habitat très aride. Il peut également se nourrir de feuilles si l’herbe n’est pas présente en quantité suffisante. Certains mâles s’approprient parfois un territoire, ils sont alors les seuls à se reproduire avec les femelles présentes sur celui-ci. Si les ressources en végétation et en eau sont suffisantes ils peuvent former des groupes stables de femelles. Un mâle pourra alors tenter de se l’approprier et aura ainsi l’exclusivité lors des accouplements. Un groupe se compose d’une femelle et de son jeune. Les mâles sont le plus souvent solitaires. Occasionnellement ils se réunissons en groupes unisexes ou mixtes ne dépassant pas 5 individus. La gestation est de 377 à 390 jours. Il n’y aura qu’un petit par portée. Bien que légalement protégé en Ethiopie, l’âne de somalie est encore braconné pour sa viande et la médecine traditionnelle. De plus, à cause de la sédentarisation des éleveurs nomades, il est en compétition avec le bétail pour les zones de pâturages et les points d’eau. Ils seraient moins de 700 individus à l’état sauvage, c’est aujourd’hui l’espèce d’équidés la plus menacée au monde. Depuis 2009, Thoiry-Peaugres Conservation effectue des missions de terrain en collaboration avec l’UICN (Union Internationale pour la Nature), afin de rechercher les derniers ânes sauvages qui pourraient encore subsister à Djibouti.