âne catalan


OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’âne catalan, tel que les types de Vic et d´Urgell, serait à l’origine de l’âne des Pyrénées et de Gascogne. La race est peu représentée en France. La race catalane est très ancienne. Un texte en catalan, datant du 9e siècle, décrivait déjà un âne de grande taille et de grande force qui se trouvait dans cette région. Au fil des siècles, il est devenu le fleuron de la Catalogne. Georges Washington avait entendu parler de ses qualités mulassières et a été le premier à en importer aux États-Unis pour y reproduire de grandes mules qui ont rendu possible la conquête de l´Ouest. Cet âne a plus tard été exporté dans de nombreux pays, en Europe bien sur, mais aussi au Canada, en Australie et en Amérique du sud. Il est encore utilisé comme améliorateur de race un peu partout et particulièrement en France, ou il a donné de la taille à l´âne des Pyrénées. Ce grand animal a bien failli disparaître dans les années 1950-1960, si un groupe d´enthousiastes n´avait créé une association pour le sauver : l´A.F.R.A.C. (Associacio pel Foment de la Raca Asinina Catalana). Par bonheur, l´armée espagnole avait toujours gardé des baudets en vue de production de mules ce qui a permis de diversifier les étalons utilisés sur les rares ânesses qui n´avaient pas pris le chemin du Nouveau Monde car à cette époque, les américains se ruèrent de nouveau sur cette race. L´âne catalan est à la base du Grand Jack du Kentucky (ou Mammoth Jack). L’âne catalan possède à nouveau son livre des origines. Tous les ânes de cette race sont répertoriés, un transpondeur est posé (puce électronique) et un relevé des marques génétiques (A.D.N.) est constitué par la faculté vétérinaire de Barcelone (siège de l’A.F.R.A.C.). Elle dénombre à ce jour environ 250 sujets principalement en Espagne dont un peu plus d´une vingtaine située en Catalogne Nord (Pyrénées-Orientales).