Hippopotame amphibie


hippopotameA

Parfaitement adapté à l’eau avec ses pieds palmés et ses narines obturées par des valves musculaires en plongée, l’hippopotame y passe la majeure partie de son temps, notamment pour protéger sa peau de la chaleur et de la déshydratation. Il n’en sort que pour aller brouter ou prendre un bain de soleil. L’accouplement et la mise bas ont lieu dans l’eau. La femelle possède une seule paire de mamelles et l’allaitement du petit se déroule souvent sous l’eau. Il peut suivre sa mère sur la terre ferme au bout de quelques jours et tous les deux rejoignent le reste du troupeau après une quinzaine de jours. Pendant que leurs mères partent s’alimenter, les jeunes hippopotames sont gardés en crèches par d’autres femelles.
Les hippopotames sont des animaux sociaux et territoriaux, la taille des groupes dépendant de la ressource en eau disponible.
L’espèce est classée « vulnérable » sur la Liste Rouge de l’UICN. Ils sont victimes de la destruction de leur habitat, de la chasse pour leur viande ou parce qu’ils détériorent les champs cultivés. Depuis l’interdiction du commerce international des défenses d’éléphant, ils sont aussi victimes du braconnage pour leur ivoire. Les populations d’Afrique de l’Ouest sont les plus menacées. L’hippopotame amphibie  est le troisième plus grand mammifère terrestre au monde, au même titre que le rhinocéros blanc et après l’éléphant d’Asie qui peut peser jusqu’à 5 tonnes.